Horlogerie suisse

Tissot, Rolex, Omega ou encore Patek Philippe sont différentes marques de montres bien connues. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c?est qu?elles ont une chose en commun : ce sont toutes des marques d?origine suisse. En effet, l?<strong>horlogerie suisse</strong> impose une domination impériale dans l?industrie mondiale des montres. Pourquoi une telle précellence ? On essaiera de répondre à la question en interrogeant l?histoire de l?horlogerie, qui se confond pratiquement, comme vous le verrez, avec celle de l?<horlogerie tout court. Quels sont les différents types de montres suisses développés par le génie helvète ? Comment s?appellent les marques les plus en vue ? Voilà autant de questions que ce dossier sur l?horlogerie aborde. Prêt pour ce plongeon dans l?univers du tic-tac jurassien ? Alors, partons !

Petite histoire de l’horlogerie helvète

Un rappel des grands moments ayant marqué l’histoire de l’horlogerie suisse nous permettra de mieux comprendre l’importance de ce petit pays dans l’industrie des montres. Il est de coutume de remonter aux mesures empiriques du temps pour raconter l’histoire de l’horlogerie. On sait donc qu’à une certaine époque bien lointaine, les hommes appréciaient le temps qu’il fait aux premiers chants des oiseaux, c’est l’aube, et à l’apparition des premières ombres, le crépuscule.

Progressivement, les techniques furent affinées et l’on obtint des instruments plus ou moins ingénieux ou précis. Gnomon, sphère armillaire, clepsydre en constituent quelques exemples. L’horloge mécanique reste l’aboutissement des constructions primaires et le premier niveau d’un mouvement irréversible vers la fabrication de montes de plus en plus perfectionnées. On parle pour la première fois de roue dentée, d’échappement, de verge, de tige, etc. Tout cela eut lieu au 14e siècle, deux siècles avant la naissance du protestantisme.

Jean Calvin et ses affidés chassèrent de Genève les plus illustres artisans qui allèrent se réfugier en France, rendue vivable par Henri 4 avec l’édit de Nantes pris en 1598. Un siècle plus tard, la situation inverse se produisit. Ce fut alors, les horlogers français qui franchirent la frontière pour gagner les montagnes du Jura à la suite de la révocation de l’édit salvateur des huguenots. Dès lors, le centre de gravité de l’horlogerie mondiale se déplace en Suisse, et y reste jusqu’à nos jours. Malgré le niveau de précision atteint, les productions furent pendant longtemps manuelles.

Les pièces fabriquées par des artisans dans divers ateliers sont minutieusement agencées quasiment à la main. Ce fut vers la moitié du 19e siècle, à la faveur de l’industrialisation, que les premières manufactures virent le jour. Grâce à l’invention de l’électricité et à la production en série, l’horlogerie suisse entra de plain de pied dans sa révolution industrielle.

On retiendra ces deux noms comme ceux qui ont le plus marqué cette dernière période : Aaron Lufkin Dennison et Jacques David. Le premier contribua à la mécanisation et à la standardisation de la fabrication des montres. Le second aida l’horlogerie helvétique à intégrer les techniques de production développées aux États-Unis.

Les principaux types de montres

On distingue quatre grands types de montres que l’on différencie en fonction de leur mécanisme.

La montre mécanique

C’est la plus ancienne sorte de garde-temps. Ses mouvements sont mus par un mécanisme que l’on remonte manuellement. Dès que celui-ci se tend à son niveau maximal, il impulse aux pièces l’énergie nécessaire pour les mettre en mouvement. La montre doit être remontée suivant une fréquence régulière pour tourner normalement. La majorité des montres à gousset sont de type mécanique.

La durée qui sépare deux remontages s’appelle réserve. C’est en quelque sorte l’autonomie de la montre. La qualité du produit détermine l’importance de sa réserve. Les horloges mécaniques offrent une précision peu fiable. Certains modèles bas de gamme peuvent accuser jusqu’à une minute de retard toutes les 24 heures.

La montre mécanique automatique

Cette faille est quelque peu corrigée sur la montre mécanique automatique. Celle-ci possède un fonctionnement légèrement différent de celui de la simple montre mécanique. Un poids, le plus souvent en métal, est actionné autour au contact d’un pivot, et met en mouvement le ressort. Il faut préciser que c’est le port de la montre qui assure son autonomie. Il existe des sortes de remontoirs électriques pour faire tourner la montre quand l’on ne l’utilise pas. Malgré ses fonctionnalités avancées, ce type de garde-temps est moins performant qu’un tic-tac à quartz.

Les caractéristiques de la montre à quartz

La montre à quartz est l’une des dernières-nées de l’industrie horlogère. Les premières conçues pour être portées au poignet apparurent en 1967. Leur existence est donc de récente date. C’est ce qui leur confère un mécanisme sophistiqué. La montre à quartz tire sa caractéristique principale d’une propriété du minerai dont il est équipé.

En effet, le quartz soumis à de légères secousses électriques produit des vibrations. On dispose alors le précieux minerai de manière à utiliser les oscillations produites pour impulser le mouvement des aiguilles de la montre. Le bijou est muni d’une pile qui délivre lé décharge électrique nécessaire pour lancer le quartz.

Voilà pour les différents types de montes en fonction du mécanisme. Quid du design ?

Les styles de montres

Afin de savoir la montre qu’il vous faut, vous devez prendre en compte les circonstances et l’habillement que le garde-temps va accompagner. On identifie pour cela quatre styles de montres.

La montre habillée : un modèle passe-partout

Vous préférez ce style de montre pour les occasions spéciales. Cependant, elle convient pour se marier aussi bien avec un costume qu’avec une tenue décontractée. Sans complication, elle arbore une forme épurée et est dotée d’un bracelet en cuir. En plus de frapper par une finesse remarquable, la montre habillée s’offre à vous déjà avec un budget tournant autour de quelques centaines d’euros.

La robustesse de la montre suisse sportive

Comme son appellation l’indique, cette montre vous permettra d’affronter des circonstances extrêmes sans avoir peur d’y laisser votre bijou. Avec un bracelet généralement en caoutchouc ou en métal, elle présente une forme large. Ce n’est pas ce qu’il faut pour mettre en valeur un costume. Souvent équipée d’une complication chronographe, la montre sportive est de plus en plus équipée de fonctionnalités pour aider l’utilisateur dans son entraînement ou en situation de compétition. Des modèles spécifiques sont conçus pour les sports en extérieur et ceux pratiqués dans l’eau. D’autres montres sportives sont adaptées aux caractéristiques particulières d’une activité comme le golf.

La montre suisse hybride pour jouer sur les deux tableaux

Vous voulez un prototype qui intègre les fonctionnalités d’une montre de sport tout en ayant l’allure d’une montre habillée ? C’est la montre hybride qu’il vous faut dans ces conditions. Sa finesse assez remarquable fait d’elle un garde-temps adapté à des circonstances où la montre sportive est exclue. Vous avez la possibilité de l’obtenir sous un bracelet en cuir ou en métal. Son mécanisme présente peu de complications. L’éventail des occasions où vous pourrez porter la montre hybride est bien large.

La montre à complication : un objet de passion

C’est un véritable chef-d’œuvre, un objet unique. S’offrant généralement à plusieurs dizaines de milliers d’euros, la montre à complication porte bien son nom. Vous verrez dans sa structure un montage affichant un calendrier perpétuel, mais aussi le cycle lunaire mensuel. Certaines montres à complications sont munies d’une cage tournante. En matière d’horlogerie, cette fonctionnalité, encore appelée tourbillon, est comme un nec plus ultra. Le calibre ici sort toujours de l’ordinaire, et vous pouvez y avoir même une signalisation de l’heure du lever et du coucher du soleil ! De la haute horlogerie en fait !

Les marques de montre les plus connues

L’horlogerie suisse produit la moitié des montres de luxes vendues à travers le monde. La qualité des produits, fruit d’un savoir-faire légendaire, a conquis la planète tic-tac. En ce qui concerne les marques, retenez qu’il y en a une cinquantaine aujourd’hui. À défaut de les présenter toutes, on esquisse une liste plus ou moins subjective des 10 plus importantes.

Patek Philippe

Cette marque représente sans aucun doute la marque la plus prestigieuse de l’horlogerie suisse. Et elle revendique et entretient cette image en proposant des modèles vraiment hors classe. En 2014, la marque vend une grande complication à 16 millions d’euros. C’était la montre chère de l’histoire vendue aux enchères. Cependant, Ptek Philippe ne transige pas sur le respect de ses principes de fabrication, quelle que soit la gamme de la montre. Ainsi, la même rigueur s’observe tant sur un simple modèle comme Nautilus que sur une complication à l’instar d’une Grande Complication.

Rolex

Sans Rolex, aucune liste des marques suisses de renom n’est valable. Ce qui fait la force de Rolex, ce n’est pas le développement de mouvements hyper complexes. Elle fonde son excellence sur la précision des structures, la robustesse de l’ensemble. Par conséquent, acheter une montre Rolex, c’est avoir l’assurance d’acquérir un garde-temps de qualité et qui oppose une résistance remarquable à l’usure du… temps ! De nombreux modèles comme Submariner et Datejust figurent au panthéon des montres les plus illustres du monde.

Breguet

Ce nom à lui seul est toute une histoire. Sa réputation bâtie depuis le siècle des Lumières, elle la doit au nom qu’il porte. C’est celui d’un des maîtres horlogers les plus brillants de la Suisse : Abraham L. Breguet. Ce dernier comptait parmi ses fidèles clients l’empereur et son épouse ! On cite souvent la marque comme étant celle qui a fabriqué la plus ancienne montre-bracelet suisse. C’est ce qui explique la touche vintage que l’on remarque sur la plupart des modèles, comme Héritage et Reine de Naples.

Jaeger-LeCoultre

Voilà une marque à l’identité jurassienne bien connue. Le trait particulier de Jaeger-LeCoultre, c’est qu’il force d’autres marques suisses à copier simplement ses mouvements. En effet, le fabricant compte à son actif un nombre impressionnant de brevets et une panoplie d’inventions. Toujours à la recherche de la perfection absolue sur ses modèles, la marque a inscrit en lettres d’or dans l’histoire de l’horlogerie suisse des noms comme Reverso ou Master Compressor.

Omega

C’est avec Rolex les deux marques suisses les plus connues dans le monde. Si grâce à la qualité de ses modèles, elle a pu faire de la Nasa un partenaire, c’est à juste titre. De nombreux traits sur ces chefs-d’œuvre évoquent la précision et l’exactitude des sciences. Ils allient élégance, modernité et robustesse. Des célébrités comme George Clooney ne jurent que par Omega. Pour cette marque, on peut retenir ces modèles phares comme Seamaster Planet Ocean et De Ville.

On peut citer bien d’autres noms non moins célèbres et prestigieux. Il y a notamment :

Voilà l’essentiel de ce que vous pouvez retenir sur l’horlogerie suisse.